mardi 11 avril 2017

Un regard de près sur le mot "grave"

Vous aurez certainement déjà entendu le mot grave dans le langage quotidien et littéraire. Il s'agit d'un adjectif d'origine latine, ou plus précisément d'un emprunt au latin gravis, qui veut dire bas, sérieux, puissant. Nous allons donner un regard de près sur ce terme !



Selon le CNRTL, en français, le mot grave :▼

  • en parlant d'une personne, désigne ce qui manifeste ou affecte un très grand sérieux, de la réserve, de la dignité, dans son comportement.
  • en parlant de choses, désigne ce qui a une très grande importance ou qui est susceptible de suites dangereuses ou fâcheuses
  • en particulier, en parlant d'accents, s'oppose à l'adjectif aigu, et indique une voyelle de forte aperture.

!) Faites attention, car le mot français grave, par rapport au mot italien grave, à l'espagnol grave ou au portugais grave, a parfois une nuance de sens et un emploi légèrement différents, qui se rapprochent un peu plus au mot serio/sério, sérieux. Quand on parle d'un homme grave, par exemple, on entend un uomo serio, un hombre serio, un homem sério, en anglais a serious man.

Voici quelques exemples avec le mot grave :

(Ce n'est) pas grave !

Brusquement le petit prince m'interrogea, comme pris d'un doute grave : « C'est bien vrai, n'est-ce pas, que les moutons mangent les arbustes ? »

J'étais très soucieux car ma panne commençait de m'apparaître très grave, et l'eau à boire qui s'épuisait me faisait craindre le pire.

Je sortis sans avoir fait grande attention à tout ce discours : mais, me trouvant hier dans ce quartier, j'entrai dans la même maison, et j'y vis un homme grave, d'un visage pâle et allongé, qui, au milieu de cinq ou six discoureurs, paraissait morne et pensif.

Papa, continua Mella sur un ton grave, combien de fois Mère t'a dit de ne pas renvoyer les affirmations des autres sous forme de questions ? Tu n'as pas idée à quel point c'est agaçant !

Bracelet rose et sourire grave, tu avais les mains d'une jeune étudiante mais les traits de visage d'une trentenaire – et souvent ils sont plus beaux, les visages après trente ans, il y a tellement plus à voir dedans.


Mais dans le langage populaire, le mot grave a pris depuis quelques années un nouveau sens. Le journaliste français Didier Pourquery avait dédié à ce sujet un article dans le Monde en 2012 :
Passé dans le langage populaire après avoir été l'un des fleurons du langage jeune de ces dernières années, "grave" a traversé plusieurs étapes de sens. Il désigna tout d'abord quelqu'un de trop nul, de bouché, un maladroit, un gros naze parfois, aussi... Et puis le sens a évolué, s'est épanoui. Une "meuf grave", par exemple, signifie une fille ou une femme pénible, voire insupportable, voire même une authentique casse-... ! [...]
Mon hypothèse est qu'il est, dans ce cas-là, la réduction, l'apocope en quelque sorte, de l'adverbe des expressions "gravement atteint" ou "gravement bouché", puis que l'adjectif aussi a disparu. [...]
Il faut cependant remarquer que dans son acception jeune, l'adjectif "grave" prend parfois des tournures d'adverbe. Il est proche d'"extrêmement" ou d'"énormément", il dit l'intensité ; ainsi on murmurera "j'te kiffe grave" pour "je t'aime beaucoup".  [...]
D'ailleurs, la jeune cliente, essayant le tee-shirt et à qui la vendeuse demande s'il lui plaît, répond "Grave !" pour dire sa satisfaction.

L'adverbe dont parle l'article, notamment le mot gravement, veut effectivement dire d'une manière importante, considérable et parfois dangereuse.

J’ai bien frotté mes yeux. J’ai bien regardé. Et j’ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement.

Alors le petit prince remarqua gravement : – Ça ne fait rien, c’est tellement petit, chez moi !  

Susan fut très gravement malade à la naissance de Katherine, et le vieux docteur la prévint qu'elle devrait être très prudente à l'avenir et qu'il y allait de sa vie.


Conseils de lecture :
N'oubliez pas d'aimer la page Facebook du blog et de partager si ça vous a plu. N'hésitez pas à laisser un commentaire et...

...continuez à étudier le français entre quat'z'yeux !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire